Pollution lumineuse : et s’il ne faisait plus jamais nuit en Montagne de Reims…

 

1er mars 2039, 23 h 27. Vous allez vous coucher. Dehors, le ciel est aussi clair qu’une fin de journée d’été. Un peu effrayant, non ? C’est pour ça qu’au Parc naturel régional de la Montagne de Reims, nous faisons notre maximum pour lutter contre la pollution lumineuse. Également appelé photopollution, ce phénomène désigne la présence de lumière, anormale ou gênante, pendant la nuit. Il englobe en outre les nombreuses conséquences de l’éclairage artificiel nocturne sur le vivant et les écosystèmes.
Quels sont ses risques ? Quelles solutions pouvons-nous apporter pour remédier à ces nuisances lumineuses ? Et comment le Parc agit-il, de la Vallée de la Marne aux Coteaux de la Montagne de Reims, en passant par le Tardenois et le massif forestier ? Suivez-nous dans cet article pour faire la lumière (sans danger !) sur toutes ces questions.

 

Éclairage artificiel : de multiples conséquences dans la Marne

En 2019, la France comptait environ 10 millions de points lumineux. C’est beaucoup ! La conséquence de ces éclairages ? La création d’un « halo lumineux », une lueur en forme d’auréole qui se diffuse au-dessus de la plupart des agglomérations, masquant la voûte nocturne. Cet éclat artificiel progresse chaque année de 5 %. Ainsi, à l’heure où 80 % de la population mondiale vit sous un ciel pollué par la lumière, de nombreuses sphères de notre environnement sont impactées.

Pour l’astronomie

Dormir à la belle étoile : ça fait rêver ! Malheureusement, dès les années 1980, les astronomes ont été les premiers à remarquer qu’avec un ciel de moins en moins noir, les astres deviennent invisibles. Prenons un exemple concret : la constellation de la Grande Ourse, que nous avons tous appris à reconnaître étant enfants. Elle comprend jusqu’à 400 étoiles observables à l’œil nu dans de bonnes conditions. Or, moins d’une centaine sont identifiables dans les zones les moins polluées de France. Au centre des métropoles, elles ne sont plus que… dix ! Privés de la beauté du ciel étoilé, les citadins doivent désormais parcourir plusieurs dizaines de kilomètres avant de bien percevoir la Voie lactée.

Pour la biodiversité

Comme nous, nos amies les bêtes détestent passer une nuit blanche ! En effet, les conséquences néfastes de la pollution lumineuse nocturne sont légion pour la faune et la protection de la biodiversité. Deux tiers des oiseaux réalisent par exemple tout ou partie de leur migration de nuit. Leurs panneaux directionnels quand ils volent ? Les étoiles, la Voie lactée ou encore le champ magnétique terrestre. Mais si ces repères sont altérés par un halo lumineux, l’avifaune risque d’être totalement désorientée. La lumière artificielle constitue également un réel piège écologique pour les insectes qui vivent la nuit : il s’agit de leur 2e cause de mortalité, après les pesticides.

Pour les mammifères, même constat : la moitié d’entre eux a une activité nocturne ou crépusculaire. Sur la Montagne de Reims, c’est notamment le cas des mustélidés comme la fouine et la Marte des pins, mais aussi des hérissons ou des loirs. Enfin, du côté des amphibiens, le succès de la reproduction des crapauds est conditionné par la fréquence de leurs coassements, qui diminue en présence d’éclairage.

Et la flore ? L’alternance du jour et de la nuit est indispensable au développement des plantes. Elles calquent en effet leur cycle de vie sur la durée journalière d’éclairement. De plus, certaines fleurs comme le jasmin et le chèvrefeuille ne produisent des particules odorantes que la nuit, dans un principe de coévolution avec certains papillons nocturnes.

💡 Découvrez pourquoi la préservation des forêts est un autre facteur important pour préserver la biodiversité !

Pour la santé

La lumière est l’ennemi d’un repos réparateur. Mécaniquement, l’exposition à une source artificielle entraîne une altération de la qualité du sommeil, car notre cerveau ne la distingue pas d’une lumière naturelle. Cela est d’autant plus vrai pour la lumière bleue, qui inhibe la production de mélatonine de notre organisme (aussi connue comme « l’hormone du sommeil »). Un dérèglement qui peut fortement perturber notre cycle circadien (processus biologique de 24 heures, composé du jour et de la nuit), et donc notre santé. Cette situation peut même devenir un facteur aggravant de risque de cancer chez les travailleurs de nuit, par exemple.

Pour le climat

Qui dit lumière, dit énergie produite pour lui permettre de briller. Selon l’Agence de la transition écologique, l’éclairage public français rejette 670 000 tonnes de CO2 par an en France. Des quantités non négligeables, qui témoignent du poids important que représentent les installations lumineuses aujourd’hui (sans compter les aménagements privés !). Il est donc nécessaire de repenser ce gaspillage énergétique pour faire face aux enjeux climatiques actuels. D’autant que, d’après l’entreprise RTE (Réseau de transport d’électricité), seuls 26 % de la consommation d’électricité dans l’Hexagone étaient couverts par des sources d’énergies renouvelables en 2021.

Pour l’économie

« C’est pas Versailles ici ! ». Vos parents avaient raison : éclairer, ça coûte cher. De fait, la pollution lumineuse a un impact sur le porte-monnaie des Français. Notre pays débourse environ 2 milliards d’euros par an pour l’entretien, la maintenance et la consommation électrique de son parc d’éclairage public ancien. Cela constitue d’ailleurs le 2e poste d’investissement des collectivités. En allant plus loin, les installations lumineuses publiques correspondent à 17 % de leurs dépenses énergétiques. Pour les petites communes, ces dernières peuvent même représenter jusqu’à 41 % de leur facture d’électricité. Alors, ça vaut le coup d’agir, non ?

chauve-souris dans la nuit

Le Grand Murin n’aime pas être gêné par la lumière lors de ses sorties nocturnes !

Photopollution : des solutions efficaces pour sa réduction en Champagne

Nous avons une bonne nouvelle : la pollution lumineuse est bel et bien réversible. Pour qu’une autre vie s’invente la nuit, chacun peut agir à son niveau avec des mesures simples et concrètes !

Connaître le cadre législatif

Le gouvernement français a commencé à s’emparer de la question de la photopollution à la fin des années 2000. Avec l’article 41 de la loi Grenelle de 2009, il a promis de prendre des mesures contre les émissions de lumière artificielle. L’article 173 de la loi Grenelle II de 2010 s’engage également en faveur d’une stratégie bas carbone. D’autres lois, arrêtés et décrets se sont ensuite succédé chaque année sur le sujet.

Depuis le 1er janvier 2020, toute nouvelle installation doit respecter les préconisations fixées par l’arrêté du 27 décembre 2018 relatif à la prévention, à la réduction et à la limitation des nuisances lumineuses. Ce dernier établit notamment des règles pour l’éclairage concernant :

• sa temporalité (extinctions nocturnes) ;
• son orientation (qui doit être en dessous du plan horizontal) ;
• sa température de couleur (se rapprochant plus des couleurs crépusculaires).

Ce cadre s’applique à la mise en lumière, mais aussi aux équipements sportifs, bâtiments non résidentiels, parcs de stationnement, événements extérieurs temporels et chantiers en plein air.

Choisir le bon éclairage

Éclairer juste, c’est éclairer quand il faut, là où il faut et comme il faut. Une devise simple, mais nécessaire pour concentrer son énergie au bon endroit. En pratique, comment cela se traduit-il dans la sphère publique ? Au niveau spatial d’abord, il est important de ne pas chercher pas à illuminer les zones naturelles (boisées, surfaces en eau) ou les monuments d’une manière abusive, en éclairant le ciel.

Au niveau temporel ensuite : adopter une extinction nocturne, réduire la puissance des luminaires et mettre en place de la télégestion (horloges astronomiques, minuteurs) ont un impact immédiat sur la qualité des ciels de nuit.

Au niveau technique enfin, de multiples petites actions peuvent tout changer ! Par exemple, en :

• installant des dispositifs réfléchissants sur les chaussées, plutôt que de les éclairer ;
• diminuant la hauteur des lampadaires et en travaillant leur orientation pour ne pas « perdre » de lumière ;
• prévoyant des détecteurs de présence ;
• privilégiant des couleurs chaudes pour prolonger le crépuscule, période favorable à la faune ;
• etc.

L’éclairage de demain pourra ainsi faire la part belle à des technologies comme les LED (diodes électroluminescentes) ambrées, peu énergivores et plus favorables à la biodiversité. La technologie BOP (base of polymer) est une autre alternative prometteuse, grâce notamment à sa grande efficacité énergétique, son absence de déchets dangereux (plomb et mercure, qui sont présents dans certains éclairages traditionnels) et aux températures de couleurs très basses qu’elle peut atteindre (équivalentes à un coucher de soleil).

Pas besoin d’être une lumière pour en économiser !

Éteindre des points lumineux

Accrochez-vous bien : depuis les années 1990, le nombre de points lumineux d’éclairage public a augmenté de 89 % en France ! Un facteur contribuant sans équivoque à la hausse de la photopollution et au gaspillage énergétique. Pour inverser la tendance et supprimer certains éclairages, une prise de conscience est indispensable.

Par exemple, tordons le cou à une idée reçue, issue d’une peur ancestrale de l’inconnu : l’absence de lumière rimerait avec incivilités et cambriolages. Au contraire : 80 % des cambriolages ont lieu en journée. Du côté des incivilités, l’expérience montre qu’elles ne sont jamais exclusivement liées aux pratiques d’éclairage, car un biais est toujours amené par des causes annexes. Réalisons par ailleurs que l’extinction de points lumineux, combinée à la rénovation d’autres entités, génère des bénéfices pour les communes. Elles peuvent en effet économiser jusqu’à 85 % de leur consommation énergétique en réduisant la pollution lumineuse du voisinage.

👉🏻 Pourquoi ne pas consacrer ce gain de budget, par exemple, à la préservation de l’architecture traditionnelle de la Montagne de Reims ?

Remplacer certains luminaires

Le parc d’éclairage public français est malheureusement plutôt vétuste : 40 % des luminaires en service ont plus de 25 ans (comme les « ballons fluo », ces lampes à vapeur de mercure, dont l’utilisation sera complètement interdite en 2025). Quand on est conscient que la durée de vie d’un parc est d’environ 35 ans, ou encore qu’une ampoule à économie d’énergie nécessite 3 à 5 fois moins d’électricité qu’une ampoule classique, on sait comment agir !

En outre, des économies budgétaires importantes peuvent être réalisées via la rénovation de l’éclairage public, d’abord grâce à une maintenance et un entretien moins onéreux. D’autre part, les consommations énergétiques peuvent être divisées par 5 en installant des lampes de type LED et en pratiquant une extinction nocturne. Enfin, cette diminution des consommations a un impact direct sur l’environnement (même diurne), en limitant le besoin en production d’électricité qui provient en majorité du nucléaire ou des énergies fossiles en France.

Favoriser les trames noires

N’ayez pas peur : elles n’ont rien à voir avec la magie noire ! Au contraire, les trames noires protègent le vivant. En effet, afin de subvenir à leurs besoins, tous les animaux (qu’ils soient nocturnes, diurnes, ou crépusculaires) sont amenés à effectuer de nombreux déplacements. Les lieux où la faune peut ainsi trouver ses ressources vitales sont appelés « réservoirs de biodiversité ». Et les chemins qui leur permettent de s’y rendre se nomment « corridors écologiques ». C’est cette somme de réservoirs de biodiversité et de corridors écologiques qui constituent « des continuités écologiques », souvent surnommées « trames ».

Comme pour les pistes de ski, il y en a de plusieurs couleurs (verte et bleue par exemple). La trame noire, elle, englobe des couloirs et des espaces caractérisés par une certaine obscurité et empruntés par les espèces nocturnes. Les préserver grâce à des mesures concrètes, c’est agir pour un ciel sans pollution lumineuse favorisant la protection de la biodiversité.

Pour continuer à profiter des étoiles, réduisons les halos lumineux aux abords des villes et villages.

Pollution lumineuse : le Parc agit en Montagne de Reims !

Pour que la nuit, tous les chats restent gris, le Parc naturel régional de la Montagne de Reims intervient jour après jour sur son territoire.

Accompagner les élus et les communes

Vous le savez désormais : pour un ciel sans pollution lumineuse, l’engagement des collectivités est primordial. Mais changer ses habitudes, ce n’est pas toujours simple. C’est pourquoi le Parc est présent au quotidien pour conseiller les communes volontaires sur l’optimisation de leur éclairage public. Tout seul, on va plus vite. Ensemble, on va plus loin !

En concertation avec les élus, le Parc travaille par exemple sur la publicité et les enseignes lumineuses installées dans leurs agglomérations. Notre but ? Les aider à limiter l’impact de ces dispositifs. Pour leur fournir des données claires sur lesquelles se baser, nos équipes ont par ailleurs fait appel à plusieurs reprises à DarkSkyLab. Ce bureau d’étude spécialisé dans l’expertise scientifique de la photopollution et de ses effets sur les écosystèmes permet de mettre en avant les principaux axes à améliorer.

Sensibiliser le grand public

Ce n’est pas un secret : au Parc, nous adorons vous rencontrer ! Durant ces instants privilégiés, nous avons à cœur de vous transmettre nos connaissances pour préserver notre belle Montagne de Reims. Depuis des années, nous mettons régulièrement en place de multiples opérations de sensibilisation à la pollution lumineuse, pour petits et grands.

Pour répondre à toutes les questions que vous pourriez vous poser sur la photopollution, nous avons créé le guide Mieux vivre la nuit. Son téléchargement est gratuit, et il vous fournira de nombreuses informations précieuses pour agir à votre propre niveau !

Et parce que des images valent mieux que mille mots, nous aimons vous inviter aussi souvent que possible à prendre le temps de regarder la voûte céleste pour la comprendre. En juillet 2022, nos randonnées nocturnes ont ainsi fait une fois de plus ciel comble ! Des balades passionnantes, rythmées par des contes et des anecdotes scientifiques autour de la nuit et de l’astronomie, qui sont l’occasion de riches échanges. D’autres événements en lien avec le planétarium de Reims sont enfin organisés tout au long de l’année.

Mener des actions concrètes sur le terrain

Chaque jour, le Parc s’engage et agit sur l’ensemble de son territoire. Sans notre travail, conjugué à celui de nos partenaires, les effets néfastes de la photopollution pourraient être beaucoup plus forts : ciel nocturne de moins bonne qualité, aggravation de l’impact sur la faune et la flore, panneaux lumineux dignes de Las Vegas dans certaines communes, etc.

Par exemple, nos équipes s’emploient à la promotion de labels qui garantissent une prise en compte de la pollution lumineuse dans la Marne. En outre, nous cherchons à restaurer une trame noire plus fine en Montagne de Reims, qui comprend également la trame verte et bleue. Pour cela, l’étude d’octobre 2020 de DarkSkyLab nous est particulièrement précieuse. Cette carte de la pollution lumineuse représente une simulation des niveaux de pression de la lumière artificielle. Elle permet ainsi de visualiser les zones de conflits et/ou les zones d’actions prioritaires pour les sous-trames suivantes : petite et moyenne faune forestière, milieux prairiaux, milieux bâtis, milieux ouverts associés aux milieux agricoles et milieux humides.

Préparer avec vous le ciel de demain, grâce à la Charte 2039

Vous l’avez compris : il y a encore beaucoup à faire pour limiter la pollution lumineuse en Montagne de Reims. Et ça tombe bien : nous sommes en pleine réflexion pour renouveler la Charte du Parc ! Ce document, que nous mettons à jour tous les 15 ans, recense les principaux objectifs et engagements du Parc et de ses partenaires. C’est lui qui guidera toutes nos actions de préservation du territoire jusqu’en… 2039 !

La lutte contre la photopollution est un des piliers de notre future Charte. Pour continuer à répondre le mieux possible à ses enjeux, nous avons aussi besoin de vous ! Car la Montagne de Reims est avant tout l’affaire de tous ceux qui y vivent et qui aiment s’y ressourcer.

atelier de sensibilisation à la pollution lumineuse

Nos équipes du Parc sont là pour partager avec vous les bonnes pratiques à adopter !

 

La pollution lumineuse n’a à présent (presque) plus de secrets pour vous ! Multidisciplinaire, elle inclut des sujets variés tels que la biodiversité, l’astronomie, l’économie, la santé humaine, le climat, et les économies financières. Une bonne gestion de l’éclairage et la réinstauration d’une trame noire créent des retombées positives immédiates. Car oui, la photopollution est réversible, si nous agissons chacun à notre échelle ! Et vous, qu’en pensez-vous ? N’hésitez pas à nous partager vos idées « lumineuses » en commentaires ou à participer à la révision de notre Charte !

 

Sources :